Moteur à eau – Des solutions existent

Moteur à eau – Des solutions existent

À chaque nouvelle montée des prix des carburants, le dossier resurgi, celui du « moteur à eau ». Vous le savez peut-être ou peut-être pas mais des solutions existent pour faire fonctionner un moteur à combustion interne partiellement grâce à l’eau. Nous proposons dans cet article un tour d’horizon sur la question du moteur à eau du XIXe siècle à nos jours.

 

Injection d’eau dans un moteur à combustion interne :

Connue depuis l’invention du moteur à combustion interne, l’injection d’eau dans le moteur a fait l’objet de nombreuses expérimentations sans pourtant voir apparaitre la production d’un tel moteur en série fonctionnant exclusivement grâce au pouvoir de l’eau. Certains diront (on ne peut pas leur donner entièrement tort) que l’élaboration d’un tel moteur est freiné par la pression qu’exerce le lobby pétrolier sur les politiques et les industriels.

Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que le terme « moteur à eau » est un abus de langage employé à mauvais escient d’un point de vue scientifique. En effet, il est préférable de parler de « dopage à l’eau » ou de « dopage à l’hydrogène ». L’eau employée dans un moteur à combustion interne permet d’améliorer le rendement de celui-ci.

 

En 1865, Pierre Hugon, inventeur français reprend les travaux d’Etienne Lenoir et propose dépose un brevet d’un moteur à gaz avec inflammation par brûleur et refroidissement dans le cylindre par injection d’eau finement pulvérisée. À cette époque, le rendement du moteur est très faible (de l’ordre de 20%), c’est-à-dire que 80% de l’énergie consommée part en frottement et chaleur et 20% seulement en travail. Dans cette invention, l’eau permet de diminuer la température de fonctionnement du moteur, d’améliorer son rendement et donc de diminuer sa consommation de carburant.

Moteur Hugon

Brevet du moteur à gaz Hugon

 

Quelques années plus tard, en 1895, M.P Viet travaille pour le compte de la maison Dion – Bouton à l’élaboration d’un moteur à essence dopé à l’eau. Il est le premier a déposé un brevet permettant d’améliorer le rendement d’un moteur grâce à l’utilisation de l’eau comme comburant à l’essence. S’en suivront plusieurs dépôts de brevets similaires à cette idée entre 1895 et 1899.

Bien qu’aucune des inventions ne parlent de moteur fonctionnant 100% grâce à l’eau, on remarque que l’eau (H2O) est un adjuvant efficace lorsqu’il s’agit d’augmenter le rendement d’un moteur à combustion interne. Alors, quelles solutions peut-on mettre en œuvre sur des moteurs récents afin d’augmenter leur rendement ?

 

Moteur à eau – Quel système pour hybrider son moteur ?

De nos jours les moteurs à explosion ont un rendement de 35% pour un moteur essence et 45% pour un moteur diesel selon l’article Wikipedia. On est bien loin du faible rendement de 20% des premiers moteurs dont celui de Pierre Hugon en 1865.

Pourtant, c’est plus de la moitié du carburant consommé par le moteur qui est inefficace pour le travail du moteur et qui est perdu en chaleur et émissions de polluants. Il existe 2 principaux systèmes fonctionnant grâce à l’utilisation d’eau permettant d’améliorer l’efficacité de votre moteur et ainsi de réduire sa consommation de carburant ainsi que les émissions de polluants.

 

Le « moteur HHO » :

Là encore, le terme moteur HHO est un abus de langage car le moteur ne fonctionne pas 100% grâce au HHO, vous l’aurez compris. Le moteur HHO utilise du gaz HHO afin d’améliorer la combustion du carburant (essence, gasoil ou GPL) dans la chambre de combustion du moteur.

Le gaz HHO, aussi connu sous le nom de gaz de Brown (de son inventeur Yull Brown) est produit par l’électrolyse de l’eau. Un système embarqué dans le véhicule appelé générateur HHO permet de dissocier la molécule d’eau en ses deux atomes principaux : oxygène et hydrogène. 1 litre d’eau permet de créer 1860 litres de gaz HHO utile à l’amélioration de la combustion du carburant fossile.

 

moteur hho

Le générateur HHO est connecté à la batterie (12 ou 24 volts) du véhicule pour effectuer l’électrolyse de l’eau. Une fois le gaz HHO produit, il est acheminé vers l’admission d’air juste avant l’entrée dans le moteur. Le gaz HHO combiné au mélange air/carburant améliore la combustion du carburant en augmentant sa vitesse de flamme.

La même quantité de carburant exerce plus de force sur le piston donc un meilleur rendement du moteur et le carburant est brulé plus complètement ce qui diminue fortement (de l’ordre de 80%) les émissions de gaz nocifs du moteur comme le monoxyde de carbone (CO) et les oxydes d’azote (NOx). Une quantité relativement faible de gaz HHO ajoutée à l’admission d’air du moteur diminue sa consommation de 25% en moyenne selon le type de moteur équipé du moteur HHO (15% au bas mot et des résultats jusqu’à 80%).

Les résultats sont encore plus impressionnants sur les moteurs de grosse cylindrée comme les poids-lourds, bateaux mais le système HHO fonctionne tout aussi bien sur des véhicules dits de tourisme. Vous êtes intéressés pour équiper votre véhicule avec ce système ? Cliquez ici !

 

Le « moteur Pantone » :

Une fois n’est pas coutume, le terme moteur Pantone est là encore un abus de langage désignant le procédé de Paul Pantone. Cet inventeur américain a déposé un brevet (US 5794601)  pour son « processeur multicarburants Geet ». Les plans de ce réacteur sont disponibles sur internet pour faire fonctionner ce système sur une tondeuse ou sur un groupe électrogène.

moteur_pantone

Le système Gillier-Pantone est une modification du moteur Pantone originellement déposé en 1997. Antoine Gillier est un agriculteur français qui a développé un système qui s’adapte à son tracteur sans en toucher le moteur contrairement à l’invention de base.

Principe de fonctionnement du moteur Pantone : De l’eau est vaporisée dans un bulleur grâce à la chaleur des gaz d’échappement. Cette vapeur d’eau est ensuite dirigée vers un réacteur placé dans le pot d’échappement. C’est dans ce réacteur que la vapeur d’eau se transforme en un gaz dont on ne connait pas la composition exacte. Il sera ensuite acheminé à l’admission d’air du moteur pour améliorer son rendement.

L’inventeur annonce une économie de 30% en moyenne sur des moteurs de tondeuses et de groupes électrogènes. Le montage d’un système Pantone sur un véhicule de tourisme donne des résultats aléatoires sur la baisse de consommation de carburant spécialement sur les nouveaux véhicules.

 

Conclusion concernant le moteur à eau :

Il existe différentes solutions pour hybrider son véhicule et le faire fonctionner ou plutôt améliorer son rendement grâce au pouvoir de l’eau sous sa forme gazeuse. Pourtant, on ne peut pas parler de moteur à eau car il n’existe pas encore de moteur fonctionnant 100% à l’eau ou tout du moins pas encore. En effet, ces dernières années, on observe un réel intérêt des constructeurs automobiles et même de l’armée à utiliser l’eau comme carburant futur.

Les chercheurs du Naval Research Laboratory (NRL) de l’armée américaine sont parvenus à faire fonctionner un modèle réduit d’avion grâce à l’eau de mer et compte appliquer cette découverte sur les navires de l’US Navy.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140407.OBS2960/faire-voler-les-avions-grace-a-l-eau-de-mer-c-est-possible.html

 

Autre invention, BMW a dévoilé un nouveau véhicule doté d’un système d’injection d’eau : la BWM M4 MotoGP. Ce système d’injection d’eau permet d’ « améliorer les performances et de diminuer la consommation de carburant en réduisant la température de combustion ». Bien que ce modèle ne soit utilisé que lors de courses automobiles, cette application d’injection d’eau dans un moteur pourrait bien ouvrir la porte à une production en série du moteur à eau.

0 commentaires

Écrire un commentaire

Champs avec * sont obligatoires