HHO – Comment est-ce que cela fonctionne ?

 

Pour faire simple : Le moteur à combustion produit un faible rendement (de 35 à 45% selon Wikipedia) et beaucoup de gaz sont imbrûlés. Le gaz HHO se consume plus rapidement et produit plus de puissance que le gazole ou l’essence. L’ajout de gaz HHO dans le mélange air/carburant de votre moteur permet d’augmenter son rendement et diminuer sa consommation de carburant.

Il en résulte également une amélioration en terme de puissance sur le moteur car la combustion est plus complète et plus souple qu’avec un carburant traditionnel. Cela permet d’enlever les résidus de calamine dans le moteur.

 

Dans des termes plus scientifiques : Le générateur HHO fonctionne sur le principe de l’électrolyse, décomposant la molécule d’eau (H2O) en ses éléments premiers 2H2 + O2 pour caractériser le gaz HHO plus connu sous le nom de gaz de Brown du nom du chercheur bulgare Yull Brown. Le constituant principal de ce gaz est l’hydrogène.

technologie_electrolyse

Principe d’électrolyse. Source : mcphy.com

 

 

 

Le générateur HHO est connecté à une source d’alimentation continue pour produire l’électrolyse; dans un véhicule, le générateur HHO est connecté sur la batterie en 12 ou 24 volts rechargée par l’alternateur lorsque le moteur fonctionne.

 

 

En sortie de générateur, le gaz HHO sera acheminé jusqu’à l’admission d’air du moteur pour se mélanger avec la mixture air/carburant dans la chambre de combustion. Le gaz HHO, lorsqu’il est injecté dans un moteur à combustion interne, améliore la combustion du carburant fossile.

Une meilleure combustion se traduit par des économies de carburant et une pollution moins importante de votre moteur.

generateur_hho-300x219

Cheminement du gaz HHO

 

 

 Recherches sur l’injection d’hydrogène et le gaz HHO

 

La technologie HHO ne date pas d’aujourd’hui. Pourtant, face à la montée des prix et à l’épuisement des stocks de carburants fossiles, des solutions sont mises au point par des ingénieurs du monde entier pour utiliser l’hydrogène contenu dans l’eau comme futur carburant.

 

1789 – Les chercheurs hollandais Paets van Troostwijk et Joan Rudolph Deiman (Amsterdam) prouvent pour la première fois avec leur expérience que la molécule d’eau est composée exactement de 2 parts d’hydrogène pour 1 part d’oxygène. Ils utilisent l’électricité pour décomposer l’eau en ses éléments principaux.

 

1860 – Mr Jean Joseph Etienne Lenoir de Belgique construit le premier véhicule capable de se déplacer grâce au gaz de houille. 15 ans plus tard, Jules Verne écrira dans son livre l’Île Mystérieuse : « L’eau décomposée en ses éléments constitutifs, et décomposée, sans doute, par l’électricité, qui sera devenue alors une force puissante et maniable […] Oui, mes amis, je crois que l’eau sera un jour employée comme combustible. »

 

1918 – Charles H. Frazer invente le premier « Booster à Hydrogène » pour les moteurs à combustion interne sous le brevet USA Patent No. 1,262,034. Il déclare que son générateur : 1- améliore l’efficacité de la combustion, 2- brûle complètement les hydrocarbures, 3- aide à éliminer le carbone accumulé dans le moteur.

 

1943 – 1945 – À cause de la difficulté d’approvisionnement de carburant fossile à la fin de la deuxième guerre mondiale, l’armée Britannique utilise le gaz de Brown et les générateurs sur les tanks, les bateaux et les véhicules pour moins consommer de carburant et limiter la surchauffe des moteurs en Afrique. Après la guerre, le gouvernement a ordonné de retirer et de détruire les générateurs des véhicules.

Quelques générateurs ont survécu et en 1970, la société allemande Lötgerät montre un nouveau modèle caisson utilisant le générateur HHO et son bulleur d’époque.

 

1974 – Yull Brown (1922-1998)  dépose un brevet sur son électrolyseur de Gaz de Brown et passera le restant de sa vie à essayer de faire du gaz de Brown un modèle commercial. Il leva près de 30 million de dollars durant 30 années dans cet objectif.

 

1977 – La NASA a conduit une série de tests sur un moteur Américain V8. Leurs recherches les a amenés à conclure que la vitesse de combustion rapide de l’hydrogène est responsable de l’amélioration du rendement du moteur. Le document en Anglais porte le nom de « Emissions and total energy consumption of multicylinder piston engine running on gasoline and hydrogen-gasoline mixture ». PDF : NASA TN D-8478 C.1.

 

2002 – Des recherches effectuées en 2002 par la Lund Institute of Technology en Suède ont montré que « l’ajout d’hydrogène au carburant fossile améliore sa combustion ». Il est également conclu que l’ajout d’hydrogène diminue les émissions d’hydrocarbures imbrûlés et les émissions de NOx avec une modification de l’avance de l’allumage appropriée. PDF en Anglais

 

2008 – L’University of South Australia a publié un rapport sur l’effet de l’apport de H2/O2 sur l’efficacité thermique du moteur. Les expérimentations ont montré une amélioration thermique du moteur de 30 à 35% et une baisse consommation de l’ordre de 15%.  PDF : HHO Moteur Diesel